La vie de famille

Nounou, baby-sitter, assistante maternelle... Quelles différences ?

25 - janvier - 2018

Nounou, baby-sitter, assistante maternelle... Quelles différences ?

Une nounou, une baby-sitter, une assistante maternelle, une jeune fille au pair… Il y a une multitude de mots que nous utilisons chez Claudine pour désigner vos gardes d’enfant. Il est parfois difficile de savoir en détail ce que cela signifie. Quelles sont les différences entre ces désignations? Quels diplômes doit posséder votre parfaite nounou pour s’occuper de vos enfants?

Nous allons aussi évoquer les formations permettant d’exercer ces différentes activités. Pour les parents qui souhaitent bien comprendre la formation qu’a suivie leur chère nounou, et partir confiants au travail (ou en week-end en amoureux) (ou boire un verre entre copines). Bref, c’est parti pour un petit lexique des différents types de Claudines (ou de Claudes).  

1) La nounou / baby-sitter

La nounou, la/le baby-sitter, comme l’assistant(e) maternel(le), a pour mission de garder vos enfants, de les occuper, de s’en occuper, et de veiller à leur sécurité. Bon, ça on l’a bien compris.

La différence entre une nounou et une baby-sitter n’est pas stricte et souvent assez subjective.

Une baby-sitter, souvent c’est une étudiante, ou la fille d’une de mes amies, quelqu’un que je connais par relations… Généralement, elle ne garde mes enfants que de manière ponctuelle, pour une soirée, une journée… Une baby-sitter c’est plutôt vu comme une solution de dépannage, même si ce n’est pas forcément le cas.

La nounou est généralement quelqu’un d’un peu plus qualifiée, peut-être un peu plus âgée, en tout cas elle garde mes enfants de manière régulière, voire à plein temps lorsque les enfants ne sont pas encore en âge d’aller à l’école.

Cependant on se rend compte que la distinction est assez poreuse, et souvent on utilise les deux termes pour parler de la même chose :)

  • Les diplômes

Aucun diplôme n’est obligatoire pour s’occuper d’enfants à domicile. Cependant, il est possible d’en passer certains, pour être une nounou au top et inspirer davantage de confiance aux employeurs :

  • Le BAFA (Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur) : Le plus connu des diplômes d’animateurs. Trois stages doivent être effectués dans un délai de 30 mois : un stage théorique, un stage pratique, et un stage d’approfondissement. Les détenteurs du BAFA auront donc déjà de l’expérience quand il s’agit d’encadrer un groupe de jeunes, des talents d’organisation, et probablement aussi une grande quantité d’idées d’activités sous le coude ! Plus d’infos sur le BAFA ICI.

  • L’AFPS (Attestation de Formation aux Premiers Secours) : 10 à 12 heures de formation, pour apprendre à réagir en cas d’urgence, adopter les bons réflexes, apprendre à réaliser un massage cardiaque, etc.  Cette formation est très intéressante pour les métiers d’aide à la personne, mais peut aussi être utile quelle que soit votre activité !

  • Enfin, certaines structures, comme les IFAP (Institut de Formation à l'Assistance aux Personnes) peuvent proposer des formations tout au long de l’année pour apprendre à les bons réflexes lorsque l’on s’occupe d’enfants. Ce type de formation peut être suivi dans le cadre de la formation continue dont un salarié a droit dès la première heure travaillée. Rendez-vous sur le site www.ifap.net.

  • À partir de quel âge peut-on devenir baby-sitter ?

En théorie, l’âge légal pour commencer à travailler est fixé à 16 ans. Cependant, il existe des dérogations dans certains secteurs, dont le baby-sitting. Vous pouvez donc employer une nounou âgée de 14 à 16 ans, cela uniquement pendant les vacances scolaires (ne pas oublier dans ces cas là de demander une autorisation écrite aux parents de ma baby-sitter, qui est obligatoire). Avant 14 ans, il est interdit d’embaucher une baby-sitter, comme expliqué sur le site du Service Public.

 

2) L’assistante maternelle

Comme les autres, l’assistante maternelle s’occupe de vos bambins quand vous êtes partis travailler ou vaquer à d’autres occupations. Elle peut être embauchée de manière régulière ou occasionnelle. L’assistante maternelle, c’est aussi 99% de femmes. Pour exercer ce métier, l’assistante maternelle doit posséder un agrément des services départementaux de la PMI (Protection Maternelle et Infantile). Il est délivré pour 5 ans, et il permet de garder 2 enfants à la fois. Cependant il est possible de faire une demande pour garder 3 ou 4 enfants à la fois. Le plus souvent, les assistantes maternelles sont libérales, mais il arrive qu’elles fassent le choix d’exercer leur métier dans des crèches familiales, sous la juridiction d’une mairie. Enfin, l’assistante maternelle est généralement mieux rémunérée que la baby-sitter ou la nounou.

  • Quelles formations permettent de devenir assistante maternelle?

Il y a trois principales formations pour devenir assistante maternelle, qui peuvent être suivies dès après la 3ème :

  • Le Diplôme d’État (DE) d’auxiliaire de puériculture, en un an.

  • Le CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) accompagnant éducatif petite enfance, en deux ans.

  • Le diplôme de niveau III dans le domaine de la petite enfance (cela peut être éducateur de jeunes enfants par exemple.)

Si ces formations ne sont pas obligatoires pour devenir assistante maternelle, elles sont cependant très recommandées. Il est en effet difficile d’obtenir l’agrément des services départementaux sans celles-ci.  

Ceux/celles qui choisissent de ne pas passer de diplôme doivent suivre une formation de 120 heures.

Pour chercher leur premier employeur, une attestation de suivi leur est décernée à l’issue de leur formation.

Pour les plus curieux (et les plus angoissés ;) ), voici certains des sujets abordés lors de ces différentes formations :

  • Des cours sur les besoins des enfants, sur la façon de veiller à leur bon développement, etc.

  • La santé et l’anatomie de nos bambins

  • Des leçons de diététique, de nutrition, en bref que mettre dans les bons petits plats qu’on leur concocte ;)

  • Elles apprennent aussi les bases de l’éducation des enfants, et développent différentes activités à réaliser avec eux.

  • Des cours pour apprendre à … Bien communiquer avec les parents. Oui oui oui.

  • Elles apprennent également à créer un cadre de vie favorable à l’enfant.

  • Enfin, pour que vos enfants soient en toute sécurité, elles suivent des formations visant à la prévention des accidents domestiques.

Pour plus de détails sur les différentes formations pour devenir assistante maternelle c’est ICI.

 

3) L’auxiliaire puéricultrice

L’auxiliaire de puériculture s’occupe des enfants âgés de moins de 3 ans. Elle peut exercer son métier dans différentes structures : les crèches, les halte-garderie, les maternités, les centres d’accueil, dans une maison de Protection Maternelle et Infantile (PMI)...

Dans les maternités, c’est une auxiliaire puéricultrice qui va prendre soin des nouveau-nés, en les changeant, les pesant, en entretenant leur chambre. Elle a également un rôle de conseil, pour guider les jeunes mamans dans les premiers soins pour leur bébé.  

  • Diplômes :

  • Il faut qu’elle passe obligatoirement un DE d’auxiliaire de puériculture. Il y a un examen à passer, et il faut avoir minimum 17 ans.

  • Le Bac, et certains diplômes comme le CAP accompagnant éducatif petite enfance, peuvent permettre d’être dispensé des épreuves d’admissibilité.

 

4) La jeune fille au pair

La jeune fille au pair est souvent d’origine étrangère, mais pas forcément. Souvent, c’est l’occasion pour elle de voyager tout en vivant dans une famille et donc d’être immergée dans la culture locale, d’apprendre une nouvelle langue … Elle va aider à la garde des enfants de sa famille d’accueil, et peut également participer à certaines tâches ménagères. Elle fait un peu partie de la famille, qui la loge, la nourrit, et lui donne un d’argent.

Cependant, la jeune fille au pair n’est pas à confondre avec une nounou ou une aide ménagère, mais il faut plutôt la voir comme un membre de la famille à part entière. Hors de question donc de la faire travailer toute la journée !

Pendant son séjour chez vous, elle pourra aussi suivre des cours de langue, et enseigner sa langue maternelle à vos enfants. Un échange culturel, et de bon procédés donc. Tous les enfants se souviendront bien souvent de leur jeune fille au pair car cela peut en effet créer des liens très forts.

C’est donc véritablement une expérience à tenter si vous en avez l’opportunité !

Il n’y a pas de durée type pour le séjour d’une jeune fille au pair dans votre famille, de quelques semaines, à une année entière (et pourquoi pas plus).

 

5) Et la garde partagée, c’est quoi ?

La garde partagée, c’est une solution assez pratique à laquelle on ne pense pas forcément. Il s’agit de partager une nounou avec une autre famille, qui gardera nos deux enfants ensemble, en alternant, la moitié du temps chez moi, l’autre moitié chez eux.

L’avantage, c’est bien sûr que les frais sont partagés en deux. En plus, cela permet à mon enfant d’être chez lui au moins la moitié du temps, dans un environnement familier. Ouf, plus de problème donc s’il est malade !

Cependant, attention ! Si j’opte pour la garde partagée, je prends garde à bien choisir la famille avec qui je le fais, pour être sûr(e) d’avoir une bonne entente ;) Donc on se met d’accord dès le début, sur les horaires, sur le choix de la nounou / assistante maternelle, que faire en cas de maladie, quels sont les frais à payer …

En espérant que cela vous aidera à y voir plus clair !


 

Bon choix, et bonne garde ! ;)

 

Newsletter

Souscrivez à notre newsletter pour être au courant des bons plans pour les enfants ! Pas de spams, pas de pub.

Parent
Baby-sitter