Les transports en commun avec les enfants

Ligne 13, Duroc. Une femme arrive en haut des marches, poussette devant elle, petit garçon qui cavale à côté. Les escaliers… Heureusement un jeune homme s’approche et l’aide à porter l’engin. Allez, on respire, tout va bien se passer !

 

Reste l’épreuve du métro bondé, les gens qui râlent: « quelle idée d’emmener ses enfants dans le métro! » (véridique).

Au final, on a réussi à se faufiler dans le métro _ si le mot s’applique pour une poussette _ , mais mon niveau de stress (et de sueur) a explosé.

Mes conseils de baby-sitter pour éviter quelques tracas.

        1. On privilégie le bus

C’est bien connu, dans le bus les gens sont plus gentils...parfois. Les grand-mères dévorent le bébé des yeux, une jeune femme se lève pour laisser sa place au petit… Bon c'ets vrai ce n’est pas TOUJOURS exactement comme ça. Mais au moins dans le bus vous avez des places réservées, et surtout, pas d’escaliers !

        2. On adapte le niveau sonore de nos bambins

Oui, c’est vrai qu’ils doivent s’exprimer, c’est important l’épanouissement. Mais dans les transports en commun il vaut mieux éviter. Une technique qui peut fonctionner (pas avant 2 ans, ce serait trop beau), c’est de leur parler en chuchotant. Par mimétisme votre enfant va aussi adapter le niveau de sa voix.

Pour en apprendre plus sur le mimétisme de l’enfant en général allez voir par ici.

        3. On prie pour l’arrivée du Landolib

Mais non… Ca existe?

Bon, pas encore. Mais l’idée, dont avait parlé Nathalie Kosciusko-Morizet en 2013, aurait de quoi séduire. Qu’est-ce que c’est? Sur le modèle du Vélib’ ou de l’Autolib’, il s’agit de proposer des poussettes en libre-service. Ainsi, finie la galère de la poussette dans le métro, plus qu’à déposer sa poussette à la station Landolib’ et à en récupérer une nouvelle après les transports.

Pour plus d’infos, allez jeter un coup d’oeil sur cet article.

Le hic? On pense déjà aux complications en plus. Imaginez: vous arrivez devant la station, qui est vide. Après avoir marché jusqu’à la prochaine station, les enfants sous un bras, les courses de l’autre, vous avez oublié votre code… Ah non le voilà ! Mais la poussette choisie est pleine du vomi de l’adorable petit ange qui vous a précédé…

Bref, on n’est pas convaincus !

À lire : quelques tips auxquels on avait pas pensé sur la poussette dans le bus.

Bon voyage :)

Claudine

Partager cet article
Partager par mail Partager sur Facebook