La guerre est déclarée au mal des transports !

Au moment de prendre la voiture pour partir en vacances, la grande question se pose …

Nous allons aborder un sujet capital, le cauchemar des parents, le fléau des vacances, l’épidémie au volant…  

 

Comment éviter le redoutable mal des transports ?  

On a tous vécu ça. Les arrêts en urgence, l’un qui est malade, puis le deuxième, et c’est à mon tour de me sentir l’estomac dans les talons.   

Pour éviter les catastrophes en chaîne, voici quelques idées accumulées lors de tumultueuses heures de voiture.

 

image

 

1) Prévoir à boire et à manger

 

Avoir le ventre plein (en évitant le cassoulet-frites), et boire beaucoup d’eau aide à combattre le mal des transports. Alors je prévois des ravitaillements, et je m’arrête régulièrement pour me dégourdir les jambes et acheter de l’eau fraîche. Et puis manger ça occupe. De quoi faire passer le trajet plus vite !

image

 

2) Eviter toutes les activités nécessitant de regarder à l’intérieur de la voiture

 

Lecture, coloriage, tablette, films sont des activités très pratiques pour occuper les enfants en temps normal. Mais elles sont à proscrire dans la voiture. Pour éviter la catastrophe, il va falloir œuvrer d’imagination, et inventer des jeux safe.

 

Quelques idées :

 

  • Un virage pour papa, un virage pour maman…  

Un grand classique du genre. À chaque tournant il va falloir trouver un heureux destinataire, parfait pour les routes de montagne. Par contre on vous prévient, ça ne marche plus après 6/7 ans. Eh oui, même eux vont vite finir par en avoir marre.

 

  • Chanter des chansons.

Pour les oreilles solides uniquement. Je peux en profiter pour apprendre aux enfants l’intégrale d’AC/DC.  

 

  • Les jeux qu’on a tous fait dans notre enfance

Pour les nostalgiques. Ni oui ni non, le roi du silence, les charades, “Dans ma valise…”. Ou encore tous les jeux avec les plaques d’immatriculation des autres voitures : faire des mots commençant par les lettres de la plaque de la voiture d’en face par exemple.

 

image

 

J’évite de conduire comme Fangio

 

Même si je m’aventure sur les autoroutes allemandes, ou que je me sens très italien dans l’âme, je relâche l’accélérateur et je prends mes virages touuuuuut doux.

image

 

Je me rue sur les remèdes naturels

 

  • La cocculine en homéopathie, à prendre la veille du voyage et avant de partir.

  • Le gingembre : en tisane dans un thermos par exemple.

  • Les bonbons à la menthe.

  • Les bracelets anti-nausée : ils appuient sur des points d'acupuncture et peuvent s’avérer très efficaces.

Les sea-bande, en vente ICI ou dans la plupart des pharmacies.

 

image


 

Et en cas de désespoir, les lunettes anti-nausée.

 

Halte aux fashionistas ! Si je n’ai pas peur d’avoir un look quelque peu douteux, ces lunettes, développées par un français, suppriment le conflit entre l’oeil et l’oreille interne, cause du mal des transports. De quelle façon? Elles recréent une ligne d’horizon artificielle grâce à un liquide bleu. Compter 60€ tout de même, mais on peut se les passer à tour de rôle lorsque le mal de coeur s’en va.

Les boarding ring, en vente ICI.

 

image


 

Bon voyage ! :)

 

Partager cet article
Partager par mail Partager sur Facebook